Chouilly

Les habitants sont appelés les Chouillats et les Chouillates ou encore les Bilots.

Equipement

Une salle des fêtes moderne pour célébrer tous vos évènements.

Découvrir

Jardin humide

Nous vous invitons à découvrir les richesses écologiques de ce site.

Découvrir

Les habitants du village sont surnommés Bilots (oies). Le village est donc parfois encore appelé Chouilly les Bilots. Différentes explications sont données à ce surnom, l’une l’attribue au mauvais caractère des habitants, l’autre au fait que beaucoup d’oies circulaient autrefois dans la rue principale du village.

 

Tout savoir sur Chouilly

Le territoire de Chouilly est un lieu d’occupation humaine très ancien.
La preuve en est la nécropole des Jogasses qui date de l’âge du bronze – le VIème siècle avant Jésus-Christ. Des fouilles de l’abbé Favret au début du XXème siècle ont révélé des trésors (musées de Châlons-en-Champagne et Epernay).
D’autres sites disposés sur le territoire révèlent la continuité de vie aux époques gallo-romaine, gallo-franque, mérovingienne.

La monographie « Étude historique de Chouilly », œuvre de l’abbé Barré, est édifiante pour connaître Chouilly depuis les temps très anciens jusqu’en 1865.
Ce curé de Chouilly, érudit et curieux a publié son ouvrage en 1866 et il a décrit, de manière détaillée, précise et sérieuse, la vie du village à travers l’histoire.
Le village, là où il est implanté aujourd’hui, est donné pour être une création du XIème siècle.
Le Chouilly d’aujourd’hui est le résultat des évolutions survenues au fil du temps.
Au début du Moyen Âge, un château fort s’érige sur la butte et protège la population installée en contrebas.
Du château fort, il reste aujourd’hui la chapelle devenue notre église Saint Martin : humble et modeste construction en style roman du XIème siècle qui a reçu une petite extension gothique au XVème.

Au XVIème siècle, après bien des vicissitudes liées aux guerres de religion, le village reçoit droit de se fortifier par ordonnance royale. Dans les textes, apparaît pour la première fois le nom Chouilly.
Au cœur du village, aujourd’hui, l’implantation des maisons, le tracé des rues montrent encore cette disposition circulaire.
Le vocabulaire toponymique en donne un aperçu avec ses dénominations : rempart du Nord, rempart du Midi.

Ces fortifications, ainsi autorisées au XVIème siècle (remparts, tours) ne mettent pas Chouilly hors de portée des catastrophes : inondations, incendies successifs aux XVIIème et XVIIIème siècles (ceux-ci détruisent deux tiers des foyers en 1623 et 1707). Puis la vie reprend, rurale, paysanne, besogneuse avec les aléas et les échos de la Révolution, de la République, du Consulat, de l’Empire…pour arriver jusqu’aux dernières décennies du XIXème siècle.

Et là où l’abbé Barré s’arrête, un de nos concitoyens, René Vazart, reprend le fil et décrit la vie multiforme de Chouilly.
Le premier volume de son travail conduit jusqu’aux années 1945, le second de 1945 à aujourd’hui.

La géographie à grand traits.

La commune de Chouilly couvre un grand territoire au relief contrasté : à la fois dans le lit majeur de la Marne et sur les côtes du Bassin Parisien.
Comme le dit joliment l’abbé Barré : « le territoire de Chouilly se divise en deux parties bien distinctes.
La première, qui est la moindre en étendue, comprend une riante prairie arrosée au nord par la Marne, au midi par la Somme-Soude qu’on appelle ici la rivière des Tarnauds.
La seconde, accidentée et relativement très élevée n’est, à vrai dire, qu’une série de contreforts crayeux adossés aux monts Saran, Jogasse et Bernon… »

 

 

 

Les chiffres clés

Statistiques Insee de 2013

Population en 2013

Nombre de foyers

Nombre de logements